Articles et discours

Vous êtes ici

Mesurer l’incidence de la santé mentale sur les résultats financiers d’une organisation : les nouvelles avancées 

Jusqu’à tout récemment, il existait peu d’outils et de paramètres de mesure permettant d’évaluer l’état de santé mentale d’une entreprise, ainsi que les coûts y étant associés. En outre, les employeurs doivent maintenant tenir compte de la norme nationale en matière de santé et sécurité psychologiques en milieu de travail. Bien que les entreprises ne soient pas tenues de s’y conformer, la norme regroupe des pratiques exemplaires permettant aux employeurs de développer et d’améliorer continuellement leur milieu de travail.

Les gestionnaires sont en droit d’être préoccupés, mais bien souvent ils ne disposent pas de données et de solutions concrètes. Pourtant, les tendances et les statistiques ont fait couler beaucoup d’encre : la santé mentale est le principal facteur de coûts des régimes de soins médicaux, elle fait porter aux employeurs un fardeau financier évalué à 1 494 $1 par personne, par année, etc. Alors, que peuvent‐ils faire?

Morneau Shepell a récemment lancé de nouveaux outils au moyen desquels les employeurs peuvent faire le point sur la santé mentale et obtenir une évaluation par rapport à nos indicateurs de santé mentale, afin de prendre les mesures qui s’imposent. Il est maintenant possible de faire une analyse pragmatique de l’état de santé mentale d’une organisation, qui repose sur des données mesurables et qui exposera les problèmes ainsi que leur incidence sur les résultats financiers. Les employeurs utilisent les renseignements recueillis pour évaluer l’état de santé mentale de leur organisation par rapport à leurs concurrents et pour déterminer si du soutien et des conseils leur seraient utiles.

Évaluer la situation de votre entreprise et prendre les mesures appropriées peut être rentable et conduire à un meilleur engagement de la part des employés, une atténuation des risques et une plus grande efficacité opérationnelle, ce qui contribuer à augmenter le rendement du capital investi. Les données dressent un portrait optimiste : se doter de politiques en matière de sécurité et de santé psychologique peut réduire les coûts de 15 % à 33 % et rehausser l’engagement des employés2. Ce n’est pas tout : huit employés sur dix qui ont reçu un traitement pour un problème de santé mentale ont signalé que leur efficacité et leur niveau de satisfaction par rapport à leur travail avaient augmenté3.

Passer à l’action produira des résultats, mais seulement si l’approche adoptée employée est mesurable, souple et intégrée (c’est‐à‐dire qu’elle porte sur tous les programmes liés à la santé mentale). Il est crucial de présenter une analyse de rentabilité au plus grand nombre d’intervenants possible, provenant des ressources humaines et de la haute direction. Cet exercice nécessite non seulement des données concrètes sur votre situation actuelle, mais aussi des moyens à mettre en oeuvre pour obtenir des résultats à court et à long terme. Pour cette raison, il est essentiel d’inclure des solutions qui produiront des résultats très nets pour l’année en cours, comme un programme de gestion des absences et de l’invalidité. Un tel programme peut souvent générer une partie des fonds nécessaires à la mise en oeuvre des éléments de votre stratégie à long terme.

L’amélioration de la santé mentale dans votre organisation passe par une approche souple qui correspond à vos ressources et vos objectifs, ce qui va de soi puisqu’il n’existe pas de solution universelle. Vous pouvez résoudre certaines questions par vous‐même, et bénéficier des conseils et du soutien d’un conseiller spécialisé pour traiter les aspects plus complexes. Vous souhaitez peutêtre que votre organisation arrive à mieux comprendre la norme nationale en matière de santé et sécurité psychologiques en milieu de travail, à l’instar de nombreuses entreprises aujourd’hui. Ou, si vos objectifs sont plus ambitieux, vous pourriez vouloir mettre en place une stratégie globale en santé mentale et un plan de mise en oeuvre.

Leur élaboration peut sembler laborieuse, mais cela n’a pas nécessairement à être le cas. Vous n’avez qu’à choisir l’approche qui convient le mieux à votre organisation, parmi les trois options proposées. Nos conseillers spécialisés sont là pour donner des explications supplémentaires sur chacune d’elles.

Gestion fondamentale

En adoptant cette approche, vous mettrez en place des programmes de base en santé mentale au travail, comme le programme d’aide aux employés et à la famille (PAEF), des ateliers à l’intention des intervenants, des séances de sensibilisation des membres de la direction, des services de gestion d’invalidité et de la formation à l’intention des gestionnaires et des employés.

Gestion avancée

Cette approche vous fera réaliser un plus grand rendement sur le capital investi grâce à l’élaboration d’une stratégie en santé mentale ou à la mise en place de programmes ciblés qui intègrent la santé mentale aux activités et à la culture de votre organisation. Il peut s’agir par exemple de l’évaluation des risques pour la santé mentale et des outils de prise en charge personnelle de la santé.

Réalisation du plein potentiel

Vous tirerez un maximum de bénéfices avec des programmes qui font la promotion de la santé mentale au travail et l’associent au rendement, par exemple le programme proactif de mieux‐être Écho, la gestion des absences et une analyse de vos politiques et de vos programmes par rapport aux pratiques exemplaires.

Il est risqué de ne pas prendre au sérieux la question de la santé mentale au travail. Tout d’abord, on ne peut en nier les répercussions financières : le coût de 1 494 $ par personne ne disparaîtra pas comme par magie. Ensuite, cet enjeu attire de plus en plus l’attention du grand public, des milieux d’affaires et des organismes de réglementation, surtout depuis la parution de la nouvelle norme nationale en matière de santé et sécurité psychologiques en milieu de travail. Donc, les entreprises qui souhaitent se classer parmi les meilleurs employeurs devraient être de plus en plus nombreuses à adopter des pratiques exemplaires en matière de santé mentale.

L’amélioration de la santé mentale est un processus de longue haleine, à la fois pour les organisations et pour les employés. Il passe avant tout par l’évaluation de votre situation actuelle et l’établissement d’objectifs concrets. La première étape de ce processus consiste à utiliser notre outil en ligne gratuit, Le point sur la santé mentale, afin de comparer votre milieu de travail à celui de vos concurrents. Morneau Shepell peut vous amener plus loin dans ce processus en effectuant une analyse comparative de votre entreprise par rapport à vos concurrents à l’aide de ses indicateurs de santé mentale.


1 Calculé à partir des données de K. L. Lim et coll., « Une nouvelle mesure, fondée sur la population, du fardeau économique de la maladie mentale au Canada », Maladies chroniques au Canada, vol. 28, nº 3 (2008) : p. 92 à 98 et Statistique Canada.

2 Centre for Applied Research in Mental Health and Addiction, Mental Illness Adversely Affecting Canada’s Economic Potential, consulté le 3 avril 2013,
3 American Psychiatric Association. Therapy in America 2004: Poll Shows Mental Health Treatment Goes Mainstream, consulté le 5 avril 2013,