Boardroom

Rapport 2015 sur les priorités en matière de santé mentale au travail

Découvrez ce que les employeurs, les employés et les médecins pensent de la santé mentale au travail.

Business man on computer
Nouvelles et opinions

Vous êtes ici

Les actuaires canadiens recommandent de hausser l’âge de la retraite

Dans son énoncé public du 18 avril 2019, l’Institut canadien des actuaires (ICA) recommande que le gouvernement fédéral, avec l’accord des gouvernements provinciaux, fasse passer de 65 ans à 67 ans l’âge cible de la retraite aux termes du Régime de rentes du Québec et du Régime de pensions du Canada (RRQ et RPC), et de la Sécurité de la vieillesse (SV). Selon l’ICA, cet énoncé public vise à faire participer tous les Canadiens à une discussion sur l’évolution des besoins sociaux et les meilleures structures de programmes de retraite pour répondre à ces besoins.

Contexte

L’ICA indique clairement que les programmes de retraite actuels sont viables pour les 40 à 75 prochaines années, mais déclare que modifier le moment où les Canadiens touchent leurs prestations devrait améliorer leur sécurité financière lorsqu’ils prennent leur retraite à un âge plus avancé, sans pour autant nuire à la stabilité des programmes.

Selon l’ICA, de nombreux Canadiens n’ont pas besoin de recevoir des prestations de retraite aussi tôt qu’il leur est actuellement permis. Il encourage ceux-ci à envisager de commencer à recevoir leur revenu de retraite plus tard, et de reconnaître que ces programmes constituent une excellente façon d’assurer leur sécurité financière lors d’une retraite à un âge plus avancé.

Ces propositions découlent à la fois du fait que les gens vivent beaucoup plus longtemps que lorsque ces programmes ont vu le jour et de la pénurie de main-d’oeuvre anticipée au Canada à mesure que les baby-boomers continueront à prendre leur retraite. Depuis 1966, l’espérance de vie à 65 ans a augmenté d’environ 6 ans, soit approximativement de 33 % chez les femmes et de 46 % chez les hommes.

Détails des propositions

Comme nous l’avons mentionné précédemment, l’âge cible de la retraite aux termes des régimes publics, notamment le RRQ, le RPC et la SV, passerait de 65 à 67 ans. Ces changements seraient apportés graduellement, sous forme d’augmentations trimestrielles sur une période de 10 ans à compter du 1er janvier 2021. Ces changements ne visent toutefois pas à réduire les prestations. Les Canadiens recevraient, à 67 ans, les mêmes montants qu’ils reçoivent actuellement, mais cet âge deviendrait l’âge cible normal de la retraite.

De plus, l’âge minimal de la retraite anticipée au titre du RRQ ou du RPC passerait de 60 à 62 ans, tandis que l’âge maximal de la retraite ajournée passerait de 70 à 75 ans pour le RRQ, le RPC et la SV.

L’ICA recommande que les régimes de pension agréés (RPA) offerts par les employeurs puissent faire passer l’âge normal de la retraite de 65 à 67 ans pour les prestations futures, en prévoyant un rajustement pour les rentes déjà accumulées selon un âge normal de retraite de 65 ans. Il recommande de reporter l’âge maximal de la retraite au titre d’un RPA ou d’un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) à 75 ans, par rapport à l’âge maximal actuel de 71 ans.

L’ICA mentionne également que l’âge de la retraite aux termes de ces programmes devrait être revu tous les 5 à 10 ans, et que des changements soient apportés en fonction de l’évolution de l’espérance de vie et des besoins des Canadiens.

Répondre aux préoccupations relatives aux groupes de personnes à faible revenu

L’ICA reconnaît qu’un âge de retraite plus avancé soulève des préoccupations relativement aux aînés à faible revenu, et il presse le gouvernement d’envisager d’autres moyens de résoudre ce problème que par les régimes de retraite.

L’ICA indique que des approches plus ciblées pour soutenir les aînés à faible revenu pourraient inclure ce qui suit :

  • Bonification des programmes de protection du revenu comme le Régime de revenu annuel garanti de l’Ontario pour les personnes âgées;
  • Offre d’une assurance-médicaments plus étendue;
  • Dissociation de l’admissibilité au Supplément de revenu garanti (SRG) et de l’admissibilité à la pension de la SV;
  • Augmentation de l’exemption de 3 500 $ relative aux cotisations au RPC/RRQ.

Commentaires

Les propositions de l’ICA, dont on a parlé dans les médias, intéresseront les responsables des orientations politiques, même si la plupart des Canadiens ne voudront pas nécessairement reporter leur retraite. Le gouvernement fédéral précédent avait haussé à 67 ans l’âge d’admissibilité à la pension de la SV, mais cette mesure a été annulée après les dernières élections fédérales.

Contrairement aux suggestions formulées par le passé et qui prévoyaient la hausse de l’âge de la retraite et une réduction des prestations, l’ICA suggère de maintenir les mêmes prestations bonifiées à un âge plus avancé, dans le but d’encourager les Canadiens à prendre leur retraite plus tard. Ces recommandations profiteraient à la fois aux particuliers et à la société en général. Il reste à voir si le gouvernement fédéral sera ouvert à adopter l’ensemble ou une partie de ces propositions.


Nouvelles et opinions - mai 2019 (PDF)