Corriger la trajectoire : rajuster la répartition de l’actif des fondations et fonds de dotation afin d’atteindre les objectifs à long terme

Enquête sur les fondations et les fonds de dotation de Morneau Shepell

Actuellement, le principal défi des fondations consiste à trouver le juste équilibre entre l’optimalisation du montant des bourses et subventions qu’elles accordent chaque année et les mesures permettant d’assurer que la valeur de leur actif ne s’érode pas en raison de l’inflation ou d’autres facteurs économiques. Souvent, les fondations visent à conserver intact leur principal et à utiliser les revenus de placements et les gains en capital obtenus sur l’actif pour financer les dépenses prévues. Ainsi, les fondations peuvent jouer leur rôle à bien plus long terme que si tout l’argent était dépensé en une seule occasion. Toutefois, cette approche ne va pas sans risque. L’imprévisibilité des rendements d’une année à l’autre fait en sorte que les fondations n’ont jamais la certitude de pouvoir respecter leurs obligations sans que leur actif diminue. En conséquence, des mesures doivent être prises pour réduire la volatilité des rendements sur l’actif tout en maintenant un niveau de dépense déterminé.

La majorité des participants à l’enquête ont indiqué que leur préoccupation majeure est de s’assurer que leurs placements généreront suffisamment de revenus pour respecter leurs obligations financières futures. À cette préoccupation s’ajoutent la possibilité de maintenir le niveau actuel de dépense, la volatilité des rendements et le risque d’inflation. Bien que la plupart des administrateurs de fondations passent en revue leur politique de placement chaque année, les résultats montrent que la composition de l’actif est plutôt stable à environ 60 % en actions et 40 % en titres à revenu fixe. Toutefois, un petit nombre de répondants ont indiqué avoir opté pour certaines catégories d’actif non traditionnelles. Puisque le niveau de dépense cible des fondations est généralement un montant fixe et que le rendement actuel des obligations ne suffit pas à l’atteindre, l’écart entre les rendements attendus et les engagements à venir demeure préoccupant. Les résultats de l’enquête nous montrent que certaines fondations ont relevé le défi en diversifiant leur répartition en titres à revenu fixe et en actions afin d’établir une composition d’actif plus apte à soutenir leur politique de dépenses en période d’incertitude économique.

Remplissez le formulaire pour télécharger le rapport.